L'exposition

Du 8 mai 2015 au 10 janvier 2016, rendez-vous au Panthéon pour découvrir l'exposition Quatre vies en résistance

L'entrée au Panthéon de Pierre Brossolette (1903-1944), Geneviève de Gaulle Anthonioz (1920-2002), Germaine Tillion (1907-2008) et Jean Zay (1904-1944) en 2015 a été placée par le président de la République sous le signe de « l'esprit de résistance ». En effet, chacune de ces quatre personnalités s'est illustrée par ses actions au cours de la Seconde Guerre mondiale (1939-1945).

nef du Panthéon

La résistance au Panthéon : quels enseignements pour aujourd'hui ?

Ce n'est pas la première fois que des résistants sont honorés en ce lieu de promotion des valeurs de la République qu'est le Panthéon. Félix Éboué (1884-1944), René Cassin (1887-1976), Jean Moulin (1899-1943) et André Malraux (1901-1976) reposent déjà dans la crypte du monument. Dans la crypte également, une inscription honore la mémoire des Justes de France. Enfin, la mémoire du général Delestraint (1879-1945) et des écrivains combattants morts pour la France au cours de la Seconde Guerre mondiale est portée par des inscriptions sur les murs de la nef.

Dès lors, que nous apprennent de plus les quatre vies en résistance de Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay ?

De leur naissance à leur disparition, et bien au-delà de la période 1939-1945, que nous disent-elles des valeurs de la République ?

C'est à ces questions que l'exposition proposée dans le monument et sur ce site Internet cherche à répondre.

affiche 4 vies exposition

.

Une exposition interactive

L'exposition est conçue pour être 50% classique et 50% interactive. Elle existe à la fois sur place, au Panthéon, et sur ce site Internet. 

> Sur place, au Panthéon. 

Quatre moments dans l'exposition invitent le public à découvrir l'histoire de ces personnalités, leur originalité autant que leur exemplarité : Origines, Résistances, Dépassements et Héritages. Leurs parcours nous aident à mieux cerner les principes qui fondent notre citoyenneté. Ensemble, ces personnalités nous enseignent, aujourd'hui, ce que résister signifie.

Parallèlement aux panneaux documentaires classiques, le parcours est jalonné de bornes interactivesprésentant un docu-participatif réalisé pour l'occasion, Regards sur l'esprit de résistance, des images ou sons d'archives liés aux quatre personnalités honorées ou encore une frise chronologique interactive innovante qui permet de replacer ces quatre vies dans leur contexte historique.

> Sur le site Internet

Pendant toute la durée de l'exposition au Panthéon, les temps forts de la vie de Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay sont relayés par une frise chronologique. Mais attention ! Les dates de cette frise seront dévoilées au fur et à mesure tout au long de la durée de l'exposition au Panthéon.

Vous pourrez également découvrir les versions longues des interviews de spécialistes et de témoins de la vie des quatre nouveaux entrants au Panthéon.
Ces vidéos complètent le docu-participatif Regards sur l'esprit de résistance diffusé au Panthéon au cœur de l'exposition.

Enfin, à vous la parole : à votre tour, vous pourrez participer à ce docu-participatif en déposant votre propre regard sur l'esprit de résistance grâce en laissant un témoignage vidéo via votre webcam ou en téléchargeant votre vidéo déjà enregistrée !

.

Les quatre moments de l'exposition au Panthéon en détail

Origines

Origines est une invitation à percevoir la diversité des parcours respectifs de Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay. Tous n'ont pas le même âge, la même carrière professionnelle, les mêmes engagements politiques. Pourtant, lors de la Seconde Guerre mondiale, leurs actions convergent vers un but commun : la défense de la France et des valeurs de la République.

Résistances

Leurs combats pendant la guerre s'affirment comme autant de manières possibles de résister. Pourtant, malgré la diversité des parcours et des sensibilités, et en dépit de préoccupations souvent éloignées les unes des autres, une convergence se fait jour : celle de l'engagement pour la défense de la République au moment où s'installe le régime de Vichy.

Ces résistances, leurs modalités sont multiples. Vécues aussi bien en liberté qu'en captivité, en prison ou au camp de concentration de Ravensbrück, elles s'inscrivent dans des situations contrastées.

Dépassements

Pendant la guerre, Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle, Germaine Tillion et Jean Zay ont su trouver dans l'épreuve – clandestinité, emprisonnement, torture, internement en camp de concentration – la force d'imaginer la France de la Libération et d'esquisser une nouvelle donne pour le pays. Autant de dépassements qui témoignent de leur confiance dans l'avenir, en dépit des difficultés extrêmes du moment.

Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion, qui elles survécurent à la guerre, puisèrent aussi dans leur expérience et leur volonté de témoigner les ressorts de nouveaux engagements plaçant toujours l'humain au cœur de leurs combats.

Héritages

Mais de ces engagements, que reste-t-il aujourd'hui ? Quels héritages nous ont-il laissé en partage ? Aujourd'hui, la pensée et l'action de Pierre Brossolette sont redécouvertes. La volonté de Geneviève de Gaulle Anthonioz pour rendre aux plus démunis leur dignité reste toujours vivace et les travaux de Germaine Tillion, plus récemment disparue, sont largement mis en lumière. Enfin, l'œuvre éducative et culturelle de Jean Zay se perpétue.

L'exposition constitue ainsi un arrêt sur image : dans la France d'aujourd'hui, que continuent à nous inspirer ces quatre vies en résistance ?

> Participez vous aussi à l'exposition en apportant votre témoignage vidéo